Lupiac
Le village aux cinq Châteaux : "Castelmore", "La Plagne", "Lacoste", "Gignan" et (Isaut? - actuelle Mairie)
C'est un peu comme les trois mousquetaires, il doit m'en manquer un, disparu depuis très longtemps le château de Clarac..
Avec aussi,
Au tableau des illustres, Bernard, Seigneur de Pardaillan et de Gondrin. Il accompagne le roi Louis IX au siège de Tunis en 1270 (Château de Gignan).
Son portrait, Salle des Illustres à Auch.
Mais aussi, Lupiac, en des temps immémoriaux, ou presque, le village aux 14 églises.
2 dans la ville, 8 dans les sections rurales et 4 domestiques.
Terre D'Armagnac en Pays de Gascogne, de près ou de loin, parfois très très loin, une pléiade de héros : Lagardère, Pardaillan, D'artagnan...
Source d'inspiration pour les plus grands auteurs du Roman de Cape et d'épée : Michel Zévaco, Paul Féval, Alexandre Dumas...
Si les limites de la fiction se heurtent à l'imagination de celui qui tient la plume, celles de l'historien sont bien plus étroites et éxigeantes.

D'artagnan ! Une gasconnade ? (avec l'accent du pays), "hilh de puta", "macarèu"....etc...
Propos inutiles, mais quel plaisir de faire chanter la langue du Pays.

Charles de BATZ, plus connu sous le nom de D'Artagnan
(sous réserves de ce que "l'histoire" nous a laissé, caché, de l'interprétation et des hypothèses des historiens et passionnés)
   Il y a environ 400 ans (1), dans un petit  Castelnau du Gers du nom de Lupiac, naissait celui qui deviendra
   l'un des plus, sinon le plus célèbre des Cadets de Gascogne "
Charles de Batz-Castelmore" dit
   "
D'Artagnan". Véritable héros, pionnier d'un genre, homme de légende dont l'histoire s'écrira, bien
   malgré lui, par la plume controversée de "
Gatien de Courtilz de Sandras" (2) , révélée et entretenue,
   bien plus tard, par celle du maître incontesté du roman populaire, "
Alexandre Dumas" (3).
(1) Disparition des Archives de la paroisse Saint-Germier de Meymés, a laquelle appartenait le château de Castelmore, de 1602 à 1662.
      ("Il n'y a pas de serrure dont le crime n'ait la clef." - Aloysius Bertrand)
      Le registre des Naissances de LUPIAC, dont les premières pages sont dégradées, ne commence qu'en 1613 (concerne le château de La Plagne).
(2)   -  "Memoires de Mr. d' artagnan capitaine lieutenant de la premiere Compagnie des Mousquetaires du Roi, contenant quantite de choses particulieres et secrètes qui se sont passées
    sous le règne de Louis le Grand"
(Publié en 1700 3vol.in-12)
      Longtemps considéré comme une imposture, cet ouvrage historique qui s'apparente au roman, mélant le vrai et le faux, révèle quantité d'informations précises sur l'époque et le personnage.
      Courtilz de Sandras, engagé notamment dans la Compagnie des Mousquetaires, servira pendant 18 ans dans l'armée.
      Enfermé 9 ans à la Bastille alors que François de Monlézun, dit Besmaux, ex-compagnon, compatriote et ami de d’Artagnan, en était Gouverneur. Pour en savoir plus : Par ici
      Nul doute qu'il a pu cotoyé d'Artagnan et récolté des informations de bonnes sources.
(3) -  "Les Trois Mousquetaires" (Publié sous forme de feuilleton en 1844) en collaboration avec Auguste Maquet qui en aurait eu l'idée.
Carte de Cassini 1769-1770 - "Auch"- Source Bibliothèque Nationale de France   
   Les hasards de la vie pour certains ou pour d'autres le destin, auront conduit jusqu'à une dernière
   demeure, La Herrère à Lupiac, Ignacy Osada et Franciszka Wiśniewska.
   Elle, de petite noblesse Polonaise qui élévait, par tradition, des chevaux à destination de l'armée, est née
   en 1889 à Mielno, Paroisse de Broniszewo, Gmina de Wierzbinek, province de Grande Pologne.
   Lui, a vu le jour en 1875 dans un petit hameau de Pologne, Władysławowo, Gmina de Kleczew, aujourd'hui
   disparu (Mine de Lignite à ciel ouvert - BWB Konin).
"Tic" & "Tac" Génération Juillet 2013
   En 1912, l'aventure obligée, le bâteau (SS Amerika)  à  destination de l'Amérique : Chicago, Glassport, Dunkirk, Niagara Falls...
   Fortune faite, retour en Pologne pour le plus grand profit d'un banquier véreux avide de dollars. (effondrement mark annèes 1922/1923)
   Alors... fortune défaite, la France, le Nord, les mines, la crise des années 30 et avant les possibles expulsions, le Gers :
   Sainte-Radegonde (4), Saint-Germier (5) et Lupiac.
   Un Grand-Père et une grand-Mère que je n'ai jamais connus et qui reposent depuis 1938, à quelques pas des premiers clapotis de la "Gélise",
    (Source : depuis le puit à côté de l'église en contournant le cimetière) dans le paisible petit cimetière de Lupiac que seuls perturbent, au fil du temps, de jeunes
   écureuils qui en ont fait, depuis plusieurs générations, leur terrain de jeux.
(Ci-dessus)
(4) - Radegonde de Poitiers (Radegundis en latin), née vers 520 à Erfurt en Thuringe, morte le 13 août 587 à Poitiers, est une princesse thuringienne, devenue reine des Francs en épousant Clotaire Ier,
        fils de Clovis. Fondatrice de l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, elle a été canonisée (fête le 13 août). Elle est patronne de Poitiers et patronne secondaire de France. (Source Wikipédia)
(5) - Saint Germier est fêté le 16 mai (anniversaire de sa mort dont on ignore l'année). Il est contemporain du pape Jean III. Né à Angoulême, il fut nommé évêque de Toulouse (vers l'an 691).
        Saint Germier évangélisa toute la vallée de la Garonne. Il bâtit un monastère à Ox, hameau faisant partie de la commune de Muret. Il mena une vie austère, dans les jeûnes, les prières et les
        aumônes. Il fit plusieurs miracles en guérissant des malades et en faisant jaillir par son intercession une source d'eau vive, lieu de pèlerinage toujours fréquenté de nos jours à quelques
        kilomètres de Boulaur sur la route de Simorre. Saint Germier s'éteignit à Ox et fut enseveli dans l'église Saint-Jacques de Muret. (Source Wikipédia)
Depuis toujours, à mon échelle du temps, D'Artagnan a rythmé le cours de ma vie avec le "pélerinage" annuel, triangle magique, :
"Cimetière, La Hérrère et son trésor, Castelmore".
Passionné d'histoire, je ne pouvais pas passer à côté d'une telle destinée.
‡• - ‡• - ‡• - ‡• - ‡• - ‡
Un jour peut-être, aux confins de l'espace, l'aventure continuera. Armé de son sabre laser-plasma, D'Artagnan, éternel séducteur, dont on aura enfin retrouvé le tombeau dans une
église de Maastricht et cloné l'ADN, déjouera, encore et toujours avec ses fidèles compéres, les complots du sombre "Black Wadoor" et de sa complice "Mille Eddy de Winter".
Nul doute que "la force", qui ne les aura pas quittes, les animera encore ... Tous pour un, un pour tous... etc ... (Alexandre Georges DUCAS) - ©auteur du site
‡• - ‡• - ‡• - ‡• - ‡• - ‡
Plus sérieusement, voici en quelques lignes le fruit, partagé, de ma curiosité.
D'Artagnan, n'en doutez pas, il a bien existé.
Mais pour le détail de sa vie, il est bien imprudent d'affirmer, le conditionnel est de rigueur.
Je vous parle, donc, d'un temps que les moins de ...400 ans..., au moins, ne peuvent pas connaitre. (* paroles: Jacques Plante - Musique Charles Aznavour - 1966)
Montmartre et Lupiac, en ce temps là, n'étaient pas comme aujourd'hui....
La Nostalgie du poète ne doit pas masquer les réalitées d'une époque sous les règnes de Louis XIII et de son fils Louis XIV alors à l'apogée de l'absolutisme de droit divin.
ici pour le XIII - ou là pour le XIV
La famille, de Batz de Castelmore/d'Artagnan.
Après bien des détours, discussions et contestations, on peut presque parler de certitudes pour cette génération.
Les titres de noblesse étaient toujours contestés pour les Castelmores et La Plagne à cette époque (jusqu'à Louis-Gabriel petit-fils de d'Artagnan)
"Click" sur "Portrait" pour des informations
Château de Castelmore - Gers Père Mère Château d'Artagnan - Hautes-Pyrénées
Château de Castelmore Bertrand II de Batz Sieur de Castelmore Françoise de Montesquiou D'Artagnan Château d'Artagnan
±1580-1635 ±1590-1656
Bertrand II de Batz Sieur de Castelmore       Françoise de MONTESQUIOU D'ARTAGNAN
Nés au Château de Castelmore, Commune de Lupiac, Gers - France (Charles SAMARAN)
doit-t'on en douter ?
Ainé des Garçons Ainée des filles
Paul Charles Jean Arnaud Claude Henrye Jeanne
Paul de Batz-Castelmore Charles de Batz-Castelmore Jean de Batz-Castelmore Arnaud de Batz-Castelmore Claude de Batz-Castelmore Henrye de Batz-Castelmore Jeanne de Batz-Castelmore
±1609-1703 ±1611-1673 ±1613-±1646 ±1615-1683 ±1616-16?? ±1618-16?? ±1620-16??
Anne-Henr. de PUJOLÉ Ch.-Anne de CHANLECY Célibataire Prêtre Hect.-Ant.de SARRIAC Fris-Ant. de LAVARDAC Jean-Ant. D'ORFEUILH
1 enfant / Sans post 2 enfants Sans postérité Sans postérité Inconnu au moins 1 enfant au moins 1 enfant
Une famille qui entretient les codes de la noblesse, l'ainé sera l'héritier, puînés et cadets traceront leur chemin, le Crucifix ou l'épée à la main.
La dot des filles fut probablement l'objet d'âpres négociations avec pour ambition de crèer les meilleures alliances. Ce qui fut le cas.
Portraits non contractuels, dates de naissances estimées car inconnues.
Avec la bienveillance (involontaire), sources de ces informations de :
Jean de JAURGAIN - Troivilles, D'Artagnan et les Trois Mousquetaires (Editeur : Librairie Ancienne Honoré Champion)
Charles SAMARAN - D'Artagnan, Capitaine des Mousquetaires du Roi (Editeur : Calmann-Lévy)
Adrien LAVERGNE - Batz-Castelmore (Editeur : Auch, Léonce Cocharaux,)
Pierre de MONTESQUIOU - Le vrai D'Artagnan (Editeur : Julliard)
Armand PRAVIEL - Histoire vraie des Trois Mousquetaires (Editeur : Flammarion)
André LAFFARGUE - En visite chez s'Artagnan (Editeur : CTR Lectoure)
Jean-Christian PETITFILS - Le véritable D'Artagnan (Editeur : Tallandier)
Odile BORDAZ - D'Artagnan Capitaine-Lieutenant des Grands Mousquetaires du Roy (Editeur : Balzac-Le Griot)
Odile BORDAZ - Sur les Chemins de D'Artagnan et des Mousquetaires (Editeur : Balzac)
Stéphane BAUMONT - Des siècles d'aventures de cape et d'épée (Editeur : Privat)
Pierre DUBOS - Etonnant ouvrage en photocopie réalisé sur 65 maquettes avec 1480 découpes et collages (Editeur : Auteur)
Ouvrage que l'auteur qualifie d'album souvenir sur Lupiac et les communes voisines.
Le Château de "La Plagne" est propriété de sa famille depuis 1895. Il revendique la naissance de d'Artagnan en ce lieu.
Revue de Gascogne - Une mine d'or, la Bibliothèque Nationale de France, que vous trouverez ici : Gallica
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
Un très bon site (une référence) à voir absolument : Le Monde de D'Artagnan
"Nul n'a été prophète non seulement en sa maison, mais en son pays, dit l'expérience des histoires." - Michel de Montaigne
"à tu petit!", le bec est à demi cloué : Lupiac, Musée d'Artagnan
Michel de Nostredame (1), n'avait pas, semble-t'il prèvu, a moins qu'il ne s'agisse de sa septième centurie, qu'un jour enfin son village lui rendrait véritablement hommage.
Après 1934, 2012,"2015" est une année qui fera date.
A l'initiative de son village, en 2015 le passant, touriste d'aujourd'hui, pourra enfin admirer une statue, première statue équestre monumentale, bronze de Daphné du Barry,
de l'enfant du pays, sur la place de Lupiac.
Cet événement mériterait bien des commentaires. (Un jour pour m'amuser et avec des documents.)
Mais, quelque soit l'échelle du temps, l'essentiel est qu'un jour les palabres des prophètes, polémistes, savants et manans, rejoignent les oubliettes des histoires.
"Source" et pour en savoir plus : Association d'Artagnan chez d'Artagnan
(1) Etabli à Agen vers 1533, Nostradamus parcourait la campagne à la recherche de plantes, peut-être aussi du côté de Lupiac, pour fabriquer ses pommades et onguents.
(D'Artagnan, je vous l'accorde, n'était pas encore né.)
Lupiac fête son héros
Si vous avez manqué le tout premier événement voici ce qu'en disait le Bulletin de la Société Archéologique du Gers - 1er et 2 trimestre 1934
"Click sur l'image"
De l'éveil au réveil.
Et si vous pratiquez la récidive, mais avec moins d'excuses, voici en images, ce que vous avez manqué. (Festival d'Artagnan, édition 1, cru 2012)
Ooops...je ne trouve pas l'affiche.
Et maintenant que dire ? voici toujours en images, ce que vous avez encore manqué. (Festival d'Artagnan, édition 2, cru 2013)
( = petite parenthèse
Statue Romain Gary Vilnius (en gris sur socle), sa Maison natale, Studienka Bérézina (Bielorussie) monuments en tête des ponts Construis par le Général Eblé , Eglise Ste-Anne Vilnius
Toujours à la recherche du temps passé.
De retour de la Bérézina, après un long périple en Biélorussie, Baryssaw, Studienka, Vilnius, dans des conditions qui n'avaient rien à voir avec celles de la Grande Armée
du temps de la Retraite de Russie.
Ca s'arrête là avec Napoléon.

Vilnius (Capitale de la Lituanie), Romain Gary (Prix Goncourt 1956 & 1975*) et D'Artagnan.
* Bravo vous avez trouvé l'erreur, le prix Goncourt n'étant attribué qu'une seule fois, c'est sous le pseudonyme d'Emile AJAR qu'il commit ce "sacrilège", objet d'une belle affaire.
Et d'Artagnan dans tout çà ?
Reflexion faite, je ne peux m'a m'empêcher d'imaginer qu'il y a un petit quelque chose de caractèristique chez Romain Gary et Gatien de Courtilz de Sandras.
Tous deux romanciers, j'affirme, et maîtres de la mystification littéraire, je constate...
( Un petit tour sur le net pour se faire son idée.)

Vilnius, devant la statue de Romas Kvintas (croisement de Mindaugo g. / J. Basanavičiaus g.), inspirée de la promesse de l'aube,
un hommage, devant sa maison natale, de la capitale Lituanienne à Romain Gary.
Il m'aura fallu un peu de temps, car l'information se cachait sournoisement dans ma mémoire, pour faire la relation entre d'Artagnan et Romain gary.
En fait je ne sais plus trop si j'avais la concentration nécessaire pour retrouver ce qui me tracassait. Trop perturbé, probablement, par des "blondeurs" qu'on ne trouve qu'en Lituanie.
Et qui, si l'on en croit sa légende n'auraient pas laissé indifférent, non plus, notre Mousquetaire.
Ceci dit et esprits retrouvés, « Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! » emprunté à l'inspecteur Bourrel et réellement exprimé, ce jour-là.
C'est à Paris, Rue du Bac,
à quelques siècles de distance, je vous l'accorde, que le lien se renoue et mes craintes Alzheimer se dissipent...
Car l'un avait son hôtel particulier (aujourd'hui disparu) au n°1 et l'autre habitait au 108 de cette même Rue du Bac
(ou il habitait avec Jeane Seberg et se donna la mort le 2 décembre 1980).
Sinueuse, marécageuse, Calme et tranquille telle est la Bérézina à Studianka. Et pourtant des dizaines de milliers de morts...
). Fin de la parenthèse.
Et maintenant que dire ? voici toujours en images, ce que vous avez encore manqué. (Festival d'Artagnan, édition 3, cru 2014)
Pour 2015, vous avez encore le temps de vous préparer pour la 4eme édition.
"9 août 2015"
Encore un peu de temps. 9 Août, à noter en "prioritaire" dans votre smartphone, pour ne pas rater...
Contre vents et marées (vents contraires qui soufflaient encore il n'y a pas si longtemps...)
Me fiant au saint qui ne croit que ce qu'il voit, pour l'avoir vue en morceaux (la statue), j'y crois.( Ne cherchez pas c'est St-Thomas)
L'inauguration de la statue à Lupiac, 1ere Statue équestre de d'Artagnan, çà c'est de l'événement.
Statue qui d'ici quelques temps vaudra bien, elle aussi, son histoire...
Extrait du Bulletin de la société Archéologique du Gers - 1er Trimestre 1912
Les journaux (1912) ont parlé d'une statue de d'Artagnan qu'on aurait le projet d'élever à Lupiac, chef-lieu de la commune dans laquelle est
situé le château de Castelmore. Un membre de l'Académie française et de celle des Beaux-Arts, qui nous appartient par sa famille, M. Henri
Roujon, en a parlé dans le journal le Temps. Il semble, en effet, que la statue du mousquetaire devrait être mise sur la place entourée des
cornières, en l'endroit même où l'on vit jusqu'à la Révolution le donjon d'Artagnan.

Cependant l'idée d'une statue à notre héros n'est pas nouvelle.

En
1896, M. Philippe Tamisey de Larroque s'exprimait ainsi : Le félibrige parisien vient de décider qu'une statue serait élevée à Charles de Batz
de Castelmore, comte d'Artagnan, noblement mort au siège de Maestricht (25 juin 1673).
On compte sur le prompt succès de là souscription, car tous les bons
gascons iront de leur pistole au moins, en l'honneur de leur célèbre compatriote, et pas un des lecteurs des Trois Mousquetaires ne refusera
soun escut à la commission où siègent des hommes aussi sympathiques que MM. Maurice Faure, Sextius Michel et Albert Tournier.
Je n'en sais pas davantage sur ce projet félibréen.
Le projet dont on parle aujourd'hui (1912) aura peut-être plus de succès.
Adrien LAVERGNE
Ca s'arrose !, ouvrons un "Bariquet*" (oui mais, a consommer avec modération). *et avec 1 faute ou peut-être 2....
Alternance d'espoirs et de déceptions, après presque 110 ans d'attentes voici le socle qui permettra,
enfin, à d'Artagnan de reprendre pied sur sa terre natale et d'affirmer, haut et à la pointe de l'épée, ses origines.
A suivre...