" Being translated "
Robert Espagne (Meuse)
Le 29 août 1944 les troupes Nazis de la 3e division de Panzer-Grenadiers fusillent 52 civils et incendient une grande partie de Robert Espagne.
Trois autres villages voisins de la vallée de la Saulx : Beurey-sur-Saulx, Couvonges et Mognéville subissent aussi les exactions de la Wehrmacht.
86 victimes innocentes quelques heures avant l’arrivée des Américains de la IIIe armée du Général Patton.
De villes en villes, sur le chemin du travail, c'est avant-guerre l'arrivée à Robert Espagne.
La famille Smyczyński, plus connue sous le nom de Monsieur et Madame Antoine, habitait Rue de Gironde.
Antoine travaillait à la bleuterie située au lieu dit de Renesson. Une fabrique de boules de bleu utilisées pour le lavage du linge.
Le 20 Novembre 1939 à 44 ans, Antoine s'engage dans l'armée Polonaise en France.
Capturé par l'ennemi le 24 Mai 1940 il sera envoyé au stalag IV-B à Mühlberg en Allemagne.
Epris de liberté, il s'évadera 3 fois (probablement 4).
Mai/Juin 1940, abandonnant tout sauf quelques biens et vivres que l'on pouvait emporter dans une simple brouette,
c'est pour Stanislawa et Cécile l'Exode, sous les bombardements des Stukas, sur les routes de France.
Destination probable, le Sud-ouest pour rejoindre une partie de la famille et comme pour beaucoup un objectif impossible dans la confusion générale.
Alors c'est la décision du retour à Robert Espagne...
30 octobre 1941, c'est la libération pour Antoine par le centre des prisonniers de guerre de Bar le Duc
" Scènes de vie, sous l'occupation, à Robert Espagne "
Rue de Gironde
Rue de Gironde (autre vue)
Devant la maison 12, Rue de Gironde
avec des amis du village.
Famille Smyczyński Habitants de Robert Espagne le 31 mai 1944 (événement et personnages inconnus)
Eglise " 3 mois avant le massacre du 29 Août 1944 "
Saint-Louvent
Documents familiaux, presque miraculeusement échappés des flammes du 29 août 1944.
Les faits, le pourquoi, ce que nous laisse l'histoire.
voici une sélection de liens fort bien documentés
Robert-Espagne.com
Centre National de Documentation Pédagogique
Une page personnelle
Très bientôt, d'autres témoignages concernant l'histoire de ce tragique événement.
Ce 29 août Antoine fût rapidement informé de ce qui se passait (par qui ?).
Né en 1895 à Krotoszyn en Pologne, alors sous occupation Prussienne, il n'a pas eu d'autre choix que l'école dans la langue de l'occupant.
Il parlait parfaitement l'Allemand.
Sa femme Stanislawa née dans la même région parlait aussi, pour les mêmes raisons, cette langue.
J'ai encore en mémoire nos conversations sur ces "sales boches" du fanatisme des jeunes nazis et d'une certaine "retenue" des plus agés.
Antoine s'enfuit dans les bois en entrainant avec lui plusieurs hommes et jeunes du village.
Avec une pensée particulière pour le "petit François" (inconnu pour moi mais souvent évoqué par ma grand-mère et ma mère)
Antoine, Ancien Combattant, Commando, Résistant et Médaillé Militaire en Pologne haïssait cet ennemi qu'il avait trop souvent subi et affronté.
Parmis eux, des amis, des voisins de la famille SMYCZYNSKI
Liste des Fusillés de Robert Espagne
Liste extraite de l'ouvrage de M. l'Abbé BRICLOT
ANDRÉ Marius, manoeuvre. HARZANY Joseph, bûcheron.
ARNAULD Marcel, cheminot. IZAK Auguste, bûcheron
BEAUDAUX Firmin, fabricant de meubles. (fusillé le 3I août). JACQUART Marcel, maçon.
BÉTIS Pierre, étudiant en médecine, 25 ans. JACQUEMIN René, brocanteur.
BILLOT Raymond, gendarme. JACQUEMIN Louis, 18 ans.
BOURGEOIS Léon, cheminot. KOLODZIE] Stanislas, commis de culture.
BON Paul, mécanicien. LAPRUNE André, bûcheron, 18 ans.
BOUDAILLE Hubert, bûcheron. LEBÉGUE André, employé à la Trésorerie.
BRIARD Georges, cheminot. LEBÉGUE Bernard, étudiant, 17 ans.
CHOQUET Daniel, contre-maître de scierie. MANGIN Marcel, bûcheron.
CHRISTOPHE André, facteur, 20 ans. MARIEZ Pierre, représentant de commerce.
COLSON André, ferblantier. MENOU Pierre, chef de gare.
COUCHOT Pierre, cheminot. METZLER Louis.
DAIMÉ Daniel, cheminot. PAUMIER Norbert, cheminot.
DAIMÉ Raymond, menuisier, I9 ans. PAUMIER René, menuisier, 20 ans.
DAGONNET Gaston, gendarme. RANÇON Lucien, retraité.
DELHAYE Robert, brigadier. REBOULET Pierre, ouvrier d'usine.
DELHAYE Claude, I8 ans. SAVANNE Maurice, étudiant, 18 ans.
DERRÉ Abel, débitant. SIMONET Roger, cheminot.
EVRARD Honoré, secrétaire de Mairie. SIRI Henri, bûcheron.
FAUCHOT Marcel, cheminot. TABARY André, cultivateur.
FIÉVET André, cheminot. TANGUY Paul, jardinier.
FRAICHE Pierre, ouvrier d'usine. THOMASSIN Georges, cheminot.
FROMENT Emile, employé de bureau. VALÉRO Antoine, bûcheron.
GILLET Paul, manoeuvre. VARINOT Henri, chauffeur.
GUISCHEN René, cheminot
Tombes des Fusillés sur le lieu du massacre "Les jeunes gens de Robert Espagne"
"a leurs chers camarades"
"Fusillés par les Allemands le 29 Août 1944"
"et rappelés à Dieu a la fleur de l'age."
Cécile Smyczyński Le livre de l'Abbé BRICLOT, curé du village
La maison de famille en ruine et de M Jean VILLIERS
Ruinés mais vivants. au profit des familles sinistrées
Ayant tout perdu, la famille quittera Robert Espagne pour s'installer dans le Sud-Ouest.
Longtemps après son départ, "Monsieur Antoine" recevra du courrier et des photos de ces amis de Robert Espagne.
    Thursday, December 14, 2017     Polish Name day : Alfred, Izydor